4 façons pratiques de trouver la passion de votre vie et une carrière que vous aimez réellement

J’ai grandi en Sibérie où mon père était journaliste politique. Il m’a appris à remettre en question tout ce qui m’entourait et à ne rien prendre pour argent comptant. Ma mère était une non-conformiste par nature, en d’autres termes, si elle voulait quelque chose, il n’y avait rien qui pouvait l’arrêter. Peu importe comment le système fonctionnait ou ce que les gens autour d’elle pensaient ou faisaient. Elle établissait ses propres règles.

Ces deux traits – interroger tout et ne pas avoir peur de poursuivre ce que je veux – ont défini qui je suis.

Au moment où j’ai déménagé aux États-Unis à l’âge de 16 ans, je savais que je n’allais pas accepter une carrière de 9h à 17h. Mon temps devait être consacré à quelque chose de grand, de global et à long terme et, plus important encore, quelque chose qui me passionnerait vraiment et pourrait subvenir à mes besoins. Je me suis inscrite à Cornell University déterminée à trouver ma passion.

A l’université, je suis passée rapidement d’une matière à une autre en cherchant ma passion, en suivant des cours allant de la psychologie à l’informatique, en passant par les neurosciences, les beaux-arts et enfin le cinéma. Bien que l’acquisition de nouvelles connaissances soit toujours amusant, je ne parvenais pas à être motivée par les objectifs académiques fixés dans cet environnement artificiel. Cela m’a conduit à quitter Cornell avant même  de valider les deux dernières matières qui m’auraient permises d’obtenir mon diplôme. Plus tard, j’ai trouvé que résoudre de vrais problèmes et construire quelque chose autour des opportunités que je découvrais étaient ce qui me motivait vraiment. Aujourd’hui, j’ai la chance de dire que j’ai, en effet, trouvé ma passion et que je fais ce que j’aime: j’ai créé une startup autour d’un ensemble de problèmes que je crois devoir résoudre.

En attendant, je continue à rencontrer des personnes de tous âges autour de moi qui peinent à trouver un emploi qu’ils aiment. En regardant mon propre chemin, à travers lequel j’ai pu faire ce que j’aime vraiment, j’ai tiré quatre leçons principales.

1. Quand vous savez que ça ne fonctionne pas, partez vite

Beaucoup de gens détestent leur travail et savent qu’ils veulent faire quelque chose de différent, mais restent néanmoins longtemps dans un emploi détesté. La principale raison pour laquelle ils ne partent pas est parce qu’ils n’ont pas vraiment compris ce qu’ils voulaient faire. Cette façon de penser est erronée parce que vous n’apprendrez ni ne découvrirez votre carrière ou votre emploi idéal en vous asseyant et simplement en y réfléchissant. Si la situation actuelle ne vous convient pas, vous devez trouver autre chose.

Ce qui se passe quand vous quittez votre emploi sans même savoir ce que vous allez faire est que, tout à coup, le fait de découvrir les prochaines étapes de votre carrière  devient urgent. Cette urgence peut être un peu inconfortable, mais elle peut aussi être incroyablement puissante parce qu’elle vous libère pour investir toute votre énergie à trouver cette fameuse prochaine étape. Ainsi, le fait de trouver cette prochaine étape passe d’un statut facultatif à un statut obligatoire.

J’ai personnellement quitté plusieurs emplois prématurément, non seulement sans savoir ce que j’allais faire par la suite, mais j’ai également démissionné sans économies qui auraient pu m’aider à joindre les deux bouts pendant la période où je ne travaillais pas. Le dernier travail que j’ai quitté était dans une startup où je voulais en faire beaucoup plus mais l’entreprise n’avait pas vraiment besoin de ce que je voulais lui donner. J’étais dans cette startup pendant environ neuf mois et me suis retrouvée dans une position où il me semblait que j’échangeais simplement mon temps contre de l’argent. Frustrée, j’ai essayé de donner des retours à la direction et finalement j’ai donné ma démission sans beaucoup de préparation. À ma grande surprise, on m’a offert deux semaines d’indemnité de départ, ce qui était grandement nécessaire puisque je n’avais pas d’économies pour m’aider à tenir.

Dans tous les cas, j’ai trouvé que partir était la bonne chose car cela m’a forcé à continuer à chercher cette prochaine étape avec urgence et à finalement fonder l’entreprise que j’adore faire grandir aujourd’hui.

2. Suivez votre curiosité

Même si vous n’avez pas une vision claire de votre carrière, vous êtes probablement curieux des choses qui vous entourent, qu’elles semblent ou non évidentes. Il est important de suivre votre curiosité et de découvrir vos intérêts même les moins évidents. La raison pour laquelle c’est important est que ces intérêts exploitent vos motivations propres qui vous différencient des autres. Les poursuivre vous met sur la voie de débloquer la personne que vous êtes vraiment ainsi que votre créativité. Fréquemment, il s’agira de choses qui ne vous sembleront pas pragmatiques et qui pourront parfois sembler carrément frivoles. Un exemple classique est la curiosité de Steve Jobs pour les polices de caractères qui l’a amené à assister à un cours apparemment inutile sur la typographie et à développer sa sensibilité au design. Plus tard, cette sensibilité est devenue une partie essentielle des ordinateurs Apple et le différentiateur principal d’Apple sur le marché.

Un bon moyen de se concentrer sur ces intérêts est de vous demander ce que vous feriez si vous aviez un milliard de dollars. À ma troisième année d’université, j’ai regardé tout le catalogue géant de Cornell et je n’étais pas excitée à l’idée de suivre ces cours. J’avais essayé de nombreuses disciplines et senti que j’étais dans une impasse. Frustrée, je me suis finalement poussée à réfléchir à ce que je serais intéressée à faire si l’argent n’était pas une préoccupation. À ma grande surprise, cela m’a amené à fantasmer sur le dessin et la peinture. J’ai également réalisé que je percevais ces deux disciplines comme interdites. Je croyais que mes parents désapprouveraient et que ce serait un domaine d’étude très difficile à poursuivre. Pourtant, je me suis également rendue compte que j’étais vraiment excitée par les beaux-arts et que je me suis lancée dans la danse qui est devenue un tremplin important sur mon chemin.

3. Ne faites pas de l’argent votre principale considération

Ma première start-up était à New York. À l’époque, j’avais des prêts universitaires et des revenus limités de pigiste en tant que monteuse vidéo, et je vivais avec mon père et ma belle-mère dans le New Jersey. Un des partenaires de ma start-up a investi une petite somme d’argent dans l’entreprise – juste assez pour bâtir les bases, comme ouvrir un petit bureau à Manhattan. Faire la navette entre la maison de mes parents et le bureau était pénible, alors j’ai apporté un sac de couchage au bureau, je suis devenue membre du club de gym et je restais souvent au bureau pendant la nuit. Ce n’était pas idéal, mais les alternatives, comme passer mon temps à faire de l’argent au lieu de travailler sur la start-up, n’avaient pas de sens pour moi.

Si vous cherchez à passer votre vie à faire quelque chose que vous aimez, la meilleure façon de commencer est de traiter les préoccupations financières comme secondaires. Si le caractère pratique de ce que vous faites et combien d’argent vous gagnez sont vos principaux critères, vous limiterez instantanément vos options à ce qui est prévisible et faire ce que vous aimez sera difficile. D’autre part, si vous vous permettez de poursuivre votre curiosité, vous vous retrouverez dans la position de pouvoir et, éventuellement, dans la position de gagner de l’argent selon vos attentes.

En se connectant à ses intérêts et motivations propres ainsi qu’en assumant sa propre identité, vous vous permettez d’avoir une forte expertise dans la discipline que vous choisirez et que les autres ne pourront pas revendiquer. La raison en est l’adéquation unique de ces intérêts à votre moi véritable. Pour les autres, ce que vous choisissez de faire peut sembler une corvée énorme, mais pour vous, cela ne vous semblera même pas être du travail. Lorsque votre travail correspond à qui vous êtes, vous vous démarquez comme étant capable et influent. Et plus vous vous exprimez à travers votre travail, plus votre potentiel de gains financiers sera élevé.

4. Ne définissez pas votre propre plafond de verre

Votre plafond de verre est créé par vous même.

À un certain moment dans le passé, j’ai embauché un designer et je ne lui ai pas donné de titre officiel. Quand j’ai commencé à recevoir des courriels de sa part, j’ai remarqué qu’elle ajoutait le mot «Junior» à son titre de designer. J’ai trouvé cela assez surprenant puisque ce titre n’avait jamais été discuté. Pour elle, c’était une façon de limiter le niveau de responsabilité qu’elle assumait, ainsi que les attentes que les autres auraient d’elle. Depuis lors, j’ai vu de nombreux exemples de la façon dont les gens définissent leurs propres plafonds de verre et évitent la responsabilité et l’évolution. Si vous le faites par choix, je le respecte. D’un autre côté, si vous voulez plus d’évolution, alors ne vous cachez pas derrière la croyance que quelqu’un d’autre a besoin de vous accoler.

Source: Forbes

Qu'en penses-tu ?

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :